Carnet de voyage

Cascada Blanca, une bouffée d’oxygène !


Le temps des vacances


On y est ! Les vacances sont enfin arrivées ! J’avoue que je ressens la fatigue de l’hiver … Cela fait bien rire mes collègues, mais mon corps s’est habitué, pendant plus de 35 ans, avec des mois de janvier et février froids, fatiguants, presque déprimants en attendant le printemps, le manque de luminosité. Alors j’avoue que même au soleil, je ressens ces mêmes sensations !

Les vacances sont donc arrivées. Comme d’habitude, nous avons beaucoup de boulot, et nous avons appris, il y a peu, que nous devions payer une partie de l´école. Donc, si nous voulons pouvoir profiter du pays et voyager un minimum, il nous faut économiser.

Et oui, nous avons vraiment énormément de projets, nous bossons comme des malades, et pourtant, nous sommes loin de nos objectifs, encore trop dans le système.

Mais il m’est impossible de me dire que j’ai du temps pour ma famille, et de ne pas en profiter.


Trouver où partir


Nous avons donc trouvé le bon compromis. Une petite nuit dans les terres, nous mangeons des sandwichs, et nous faisons juste de la randonnée. Je trouve que mes filles ne marchent pas assez. Et là où nous sommes, je n’ai pas trouvé d’endroits sympas et assez proches pour nous balader au cœur de la nature, sans bruit, sans déchet. Je me suis d’ailleurs promis que dans nos prochaines destinations, ce sera de la marche tous les week-ends !

Bref, j’avais noté sur ma bucket-list la Selva Negra, qui me semblait tellement calme et verdoyant, et je ne m’imagine pas quitter un jour le Nicaragua sans être allée explorer ce coin !

Nous voilà donc sur internet pour réserver une nuit dans la nature, un truc tout simple, au milieu de rien, sans plage, ni activité touristique, tant que nous nous retrouvons tous les 5, pour pas cher, et surtout pour pouvoir profiter ensemble, nous reconnecter. Vous savez, il faudrait un jour que je vous parle de ma bucket-list générale, ma bucket-list de vie, mais ce que je peux vous dire, c’est que dedans, il y a le fait de passer une nuit dans une cabane, au milieu de rien, juste la nature et ses animaux, des livres…et rien d’autres ! Ah si …. Une petite bouteille de vin rouge hihihi (un peu de folie quand même) !

Bon, nous voilà en train de chercher un endroit pour dormir. Mais sachez qu’ici, nous ne faisons pas ce que nous voulons, et chercher un endroit pour 5 personnes s’avère du combat du combattant ! On nous propose à chaque fois 2 chambres différentes, ce qui est hors de question, on ne va pas se séparer de nos petits bébés pour la nuit ! Dans un bungalow ou une maison, bien sûr, mais dans des chambres d’hôtel, c’est même pas la peine d’y penser. Il nous faut la même chambre, ou un même bungalow, mais c’est introuvable (ou à des prix démesurés, surtout pour l’endroit où nous sommes !) . Et nous n’arrivons pas à retrouver le système de cabinas, comme il y a partout dans un pays voisin.


Direction Matagalpa !


Décision prise … il est hors de question de ne rien faire ( si on est parti de France, c’est pour profiter, zut !), alors nous partons pour la journée.

Maintenant, devant le peu de temps à passer là-bas, hors de question de ne pas savoir exactement où aller ou quoi faire.

Julien a donc discuté par internet avec le propriétaire d’un écolodge, et on peut y visiter une cascade, sans difficulté pour les filles, peu cher, bref, juste ce qu’il nous faut.

Mardi, nous voilà enfin partis ! 2h30 de route pour 150 km, on est motivé, la route est pas compliquée mise à part des travaux, on file toujours tout droit, de Managua, Carretera Norte, et on arrive à Matagalpa ! On traverse des paysages sympas, des arbres verdoyants, du « désert »… et nous voilà à Matagalpa !

Matagalpa, ville de plus de 150.000 habitants, avec des producteurs de café tout le long de la route ! Dommage, nous n’avons pas le temps d’en visiter, ce sera pour une prochaine fois !

Nous traversons la ville, nous avons encore un peu de route. Mais déjà, le paysage nous plaît. Avec Julien, on se regarde, heureux, car les arbres sont verdoyants, la nature bien présente, nous sentons que nous sommes en paysage de montagne.

Après 2h30 de route, le voilà, enfin ! L’écolodge Cascada Blanca ! On se rafraichit un moment en arrivant, on paie l’entrée, 70 cordobas chacun, mais juste les adultes (bon, sachez que les enfants paient à partir de 9 ans) ; 2$ par personne, cela ne nous ruine pas, et permet d’entretenir ce petit havre de paix ! La dame qui nous accueille nous demande gentiment, à notre grande surprise, de garder les lieux propres, de mettre les déchets dans la poubelle ! Nous ne pouvions pas être plus heureux, depuis le temps que nous l’attendions !! Il faut savoir qu’ici, au Nicaragua, tout est malheureusement jeté par terre, le moindre déchet, le moindre plastique. Vous n’imaginez pas comment mon cœur peut s’arrêter à chaque fois que je vois ca !

Alors, nous nous sentons ici comme dans une bulle, un espace préservé. D’ailleurs, nous allons aux toilettes, et même le papier toilette est du papier recyclé. Voilà, nous avons trouvé notre cocon, aucune pollution, pas même sonore !



Une journée parfaite


Nous avions amené le pique nique. La dame qui nous accueille nous dit qu’il n’y a pas de souci pour manger en bas, au pied de la cascade. En plus, il y avait un ancien restaurant, maintenant fermé, mais les tables sont restées à l’extérieur, et on peut donc y manger tranquillement, et confortablement en plus.

Elle nous confirme aussi que la descente jusqu’à la cascade est facile pour les enfants. Alors, munis de notre lunchera, caméra et appareil photo, nous voilà descendant les « sentiers de l’amour ».

Les filles ne savent pas ce que nous allons voir, mais elles sont heureuses, car elles savent que les maillots de bain sont dans la voiture, avec le sac de plage. Et puis, il fait bon, tellement bon ! Et ce calme … ceux qui ne vivent pas en grosse ville, surtout au Nicaragua ou Costa Rica (je parle bien entendu seulement des pays que je connais) ne peuvent imaginer cette pollution sonore que nous subissons, constamment. Mais ici, dans notre bulle, loin de Managua, nous sommes bien, heureux, détendus. Et après quelques marches, la voici … elle est là, se dressant avec force et puissance, devant nous, fièrement, notre cascade tellement rêvée !!!

Je suis complètement dingue, dingue de voir cet écrin de nature, calme, silencieux, juste le doux bruit de l´eau, de la nature, des oiseaux qui chantent, et des « wahouuuuuuuuu » de mes princesses. Les filles sont émerveillées, leur première cascade, enfin ! Elles ont les yeux qui brillent, le sourire jusqu’aux oreilles, bref, juste pour ca, cette journée est une réussite et restera gravée dans nos mémoires. Julien et moi, nous sommes tout simplement heureux, et sereins ! Voilà une journée qui vaut d’être vécue, encore.

Nous pique-niquons tranquillement au calme, avec vue sur la cascade et la rivière, puis nous profitons simplement de ce lieu magique. Il y a peu de personnes. Nous faisons le tour de la cascade, c’est génial !

Quelqu’un nous explique qu’ici, il y a eu des sacrifices, donc baignade interdite, pour cause officielle d’ « eaux profondes et mystérieuses »… nous n’inventons rien, le panneau le dit lui-même.



PANNEAU


Voilà, le seul bémol, le voici, nous n’avons toujours pas réussi à nous baigner. Mais nous oublions vite, nous remplissons notre tête de bonheurs simples, de nature, d’être ensemble et de cette journée si belle. Et voilà, c’est l’heure de partir. Je finis de faire le plein de photos pour essayer de retransmettre la magie des lieux, un petit café, et on repart.


Allez –y !


Le retour ? 4h de route, 4 longue heures ! Mais aucun regret. Nous ne pouvions pas passer à côté d’un tel endroit.

Alors cette cascade fera partie de nos coups de cœur, c’est sûr, du Nicaragua, à faire en famille, sans aucune difficulté. Il nous a fait redécouvrir le plaisir simple de la nature.

Je vous mets d’ailleurs le contact pour aller à cette cascade :

Eco Lodge Cascada Blanca

Km 147 | Highway to La Dalia, Matagalpa 61000, Nicaragua

Et vous savez quoi, si vous venez au Nicaragua, venez jusqu’ici, mais surtout, prenez le temps de rester un peu plus de temps si vous pouvez, car Matagalpa et ses alentours (jusqu’à Esteli) regorgent de secrets enfouis au milieu d’une nature merveilleuse. Et venez nous le raconter ensuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *