Nicaragua

Comment se ressourcer à LEON!


Aaaahhh, Leoñ ! Mon 1er coup de cœur du Nicaragua.

J’avais lu des choses plutôt pas mal sur cette ville. J’avais également  vu des photos aussi, et notamment de sa célèbre cathédrale basilique, et de la vue de son toit. Mais,  au-delà de la vue extraordinaire que l’on peut avoir sur la ville, ce qui réellement me parlait, c’est….son toit !

Alors, je sais que pour certains, cela peut sembler étrange. Mais attendez de voir la vidéo ou mes photos, et vous allez me comprendre…ou peut-être pas.

Je savais déjà que j’allais y trouver une énergie toute particulière, tellement positive. Je savais déjà qu’en montant sur ce toit, j’allais m’élever moi-même, mon esprit, mon imagination.


Surprise à Leoñ


Ce week-end du 10 novembre, je savais que Julien me préparait une surprise. Nous allions partir en tout pour 2 jours, c’est certain. Mais ce que je ne savais pas, c’était où ! Et oui, Julien adore me faire des surprises, et en général, il tombe toujours dans le mille. Et c’est vrai que depuis que j’ai repris le travail, en tant que salariée, je n’ai plus de temps pour rien. Je viens de dire au revoir à mes passions, photographie, cosmétiques, cuisine, vidéos et à m’occuper de mes filles et ma famille. Et tous les projets que nous avons, je dois les laisser en stand-by. Notre chaîne YouTube, les blogs que nous désirons créer et développer, les livres que je veux écrire, et j’en passe, tout ça, je n’ai pas d’autres choix que de mettre de côté, le temps de finir mon contrat. Enfin, je me plains pas, je suis contente de reprendre un emploi. Savez-vous pourquoi ? Après 6 ans à la maison, à m’occuper des filles et à créer, me former et essayer de développer mes sociétés, je pense que retourner dans la vie active en tant que salariée me permet de confirmer ou d’infirmer mes choix de devenir free-lance. Si vous me suivez, vous savez déjà ce que je pense, et de toute façon, je ferai un article à ce sujet. Mais revenons à notre sujet, mon séjour surprise à Leoñ.

Leoñ, presque 200 000 habitants, se trouve à environ 90 km au nord-ouest de Managua.  Comptez 1h30 de route pour s’y rendre, mais la route est bonne. Franchement,  quand on est sorti de Managua, la route n’est pas compliquée, c’est toujours tout droit. Et nous habitons du bon côté de la ville, donc, en 5 minutes, nous sommes sur la bonne route.                                Cette ville compte de très nombreuses églises que vous pouvez visiter. Mais l’édifice le plus impressionnant,  reste bien évidemment la Cathédrale de la Asunción de la Bienaventurada Virgen María, construite entre 1747 et 1814. Il s’agit de la cathédrale la plus grande de l’Amérique Centrale, et est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en tant que bien culturel, depuis 2011. Et si vous avez la chance de monter sur ses toits, avec vue sur ses volcans,  vous en aurez, j’en suis sûre, le souffle coupé. Mais je vous en parlerai un peu plus loin dans mon article. La ville a également une atmosphère toute particulière. Vous le ressentirez à peine arrivés dans la ville. Leoñ est une cité étudiante, mais aussi révolutionnaire, avec de nombreuses contestations Sandinistes. Nous pouvons retrouver toute l’histoire contestataire de Leoñ sur les murs de sa ville. Voilà, imaginez une ville aux multiples facettes, étudiante, religieuse et contestataire, et vous serez prêts à découvrir Leoñ.



Découverte de Leoñ


Bien arrivés à Leoñ, nous cherchons notre hôtel, ou je dirais même notre auberge de jeunesse,  en plein cœur de la ville. Facile à trouver, nous découvrons notre lieu de vie pour ce week-end, le Volcano Hostel. Nous nous installons tranquillement.  Nous avons chaud, soif, faim, mais mon esprit ne pense qu’à une chose…la Cathédrale Basilique et son toit. Et puis, nous ne sommes ici que pour le week-end, alors nous voulons en profiter un maximum. C’est donc parti pour la découverte de la ville, vivante, colorée. Un vrai bonheur. Mais surtout, on garde le meilleure pour la fin. En attendant, nous avons préparé le pique nique en avance. Du coup nous arpentons les rues de la ville, et nous nous arrêtons dans un petit parc tellement agréable. Il est ombragé, nous avons une jolie vue sur la ville, et nous pouvons surtout flâner et respirer l’air particulier de la ville. Nous mangeons en profitant des gens qui nous entourent, de cet air chaud qui nous caresse le visage, de cette atmosphère qui nous met directement dans l’ambiance de la ville. Une fois que nous en avons pleinement profitée, nous continuons d’arpenter les rues de Leoñ, nous nous sentons tellement dépaysés, un vrai régal. Il est vrai que ça nous change vraiment de Managua. Nous respirons ici un air particulier, que nous sentons au gré des rues que nous découvrons. Et là, d’un coup, nous arrivons, nous y sommes.        

  Au détour d’une rue, la voilà, se dressant devant nous, devant une grande place animée, la Cathédrale-basilique royale de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. Elle est tellement majestueuse ! Malheureusement, comme très souvent, il est très difficile de l’immortaliser dans son entier (et encore, ce n’est pas la pire à photographier, mais avec mon objectif, je n’ai pas assez de recul pour la photographier dans son entier). Nous en faisons le tour, pour en comprendre les moindres contours, et pour savoir également par où nous pouvons monter sur son toit. Après en avoir fait le tour, ça y est, nous avons trouvé l’entrée, par une petite porte sur le côté de la Cathédrale.  Allez, nous ne perdons pas de temps, nous empruntons enfin de petits escaliers étroits, après avoir payé un droit d’entrée infime. Pour tout vous dire, je ne me souviens malheureusement plus exactement du montant, mais je dirais peut-être 2 dollars pour les adultes. Ce que nous payons, c’est tout simplement pour l’entretien de l’édifice. Nous empruntons donc un petit escalier ,et là, l’illumination, au sens propre comme au figuré ! Arrivés au sommet de la Cathédrale, le soleil frappe de plein fouet ce superbe toit blanc, où nous retrouvons les marques du temps, malgré un nettoyage il y a à peine quelques années. Mais je l’aime comme ça, naturel ! Pour tout vous dire, je n’ai pas de mots pour vous dire ce que j’ai ressenti ! J’étais comme folle, à ne plus savoir où donner de la tête ! Photos, vidéos, je n’arrête pas. Et surtout, je me grave cet endroit et ces sensations dans la tête et dans le cœur. Je ne peux que vous conseiller de venir ici même, à ce même endroit , si vous visitez le Nicaragua, juste pour comprendre ce dont je parle.                                     

Après avoir visité le toit de la Cathédrale Basilique, nous en visitons l’intérieur, magnifique, également. Par contre, il est important de préciser que Leoñ est l’une des villes les plus chaudes du Nicaragua. Et monter sur son toit, blanc, avec le soleil qui reflète ses rayons avec force et brillance, nous a donné extrêmement chaud ! Un conseil, pensez à vous habiller en blanc si vous venez, et munissez vous d’une grande bouteille d’eau fraîche, de casquette et crème solaire. Alors, une fois sortis de la Cathédrale, nous cherchons directement un endroit où nous poser, nous rafraîchir et où reprendre nos esprits. Nous trouvons un petit endroit, dans la rue à côté de la Basilique Cathédrale, où ils font des smoothies, avec des produits naturels. Le rêve ! Le temps pour chacun de nous de reprendre nos esprits. Les filles ont aimé, mais pour ma Lola, la journée a été difficile, et elle a du mal à supporter la déshydratation. En règle générale, quand elle a soif, même un peu, on le subit pendant un bon bout de temps. Donc là, avec la fatigue, nous sommes rentrés dans la foulée pour mettre mes poupées à la sieste ! Et l’occasion pour Julien et moi de nous poser aussi, en buvant une bière bien fraîche, nous détendre et faire le point. Cette journée fut intense ! Nous avons beaucoup de choses que nous n’avons pas pu faire, mais vous nous connaissez, nous faisons les choses à notre rythme, à fond, quitte à manquer de temps pour tout voir. Alors le soir, nous sommes restés dans les alentours de l’hôtel, nous avons dîner dans un petit restaurant au calme et dodo après cette superbe journée !


Après l’effort, le réconfort !


Le lendemain, nous en avions marre de la ville. En fait, j’adore la ville en règle générale. Pas pour y vivre, car au quotidien, j’ai juste besoin de calme, de silence, de nature, d’espace. Mais j’aime aussi, par moment, la folie étourdissante des villes, l’excentricité des gens, le bruit des gens, les petits cafés cachés au coin d’une ruelle ou alors la terrasse d’un grand café, les magasins, bref, j’ai besoin de tout ça pour vivre. J’entends très souvent les gens dire qu’ils ne supportent pas la ville, ou au contraire, les citadins qui ne supportent pas la campagne, de peur de s’ennuyer et surtout, la peur du silence. Et vous,  êtes-vous comme moi, autant citadins que ruraux ? Quand j’y réfléchis, je ne peux vivre sans l’un ou l’autre, je serais trop malheureuse. J’ai besoin des deux, même si, au quotidien, j’ai besoin de vivre au calme. Petite précision, je suis aussi une fan de la mer ! Même si je ne peux pas me baigner, même s’il fait froid, rien que le bruit des vagues et l’air marin me ressourcent au plus profond de moi-même. Bref, après une journée visite de Leoñ et fatigante de part les efforts et la chaleur, rien ne vaut une journée loin de la ville pour se remettre de tout ça. Et quel est le meilleur endroit où nous remettre de tout ça ? La plage, bien évidemment !  Leoñ est situés côté ouest du Nicaragua, à une petite vingtaine de kilomètres de la plage. Nous pouvons y trouver 2 plages principales : Las peñitas et Poneloya.

Après 30 minutes de route, nous voici arrivés sur la côte. Nous ne nous sommes pas renseignés pour tout vous dire avant de nous rendre à la plage. Et sur nos téléphone, nous n’avons pas internet, ni de réseaux en règle générale. D’ailleurs, ce n’est pas très malin de notre part. Un conseil, que vous soyez à l´étranger en tant que touristes ou pour y vivre, ayez toujours un moyen d’être joignable et de pouvoir aussi communiquer, nous en avons fait les frais lors d’un petit accident que nous avons eu quelques mois plus tard … on vous en parlera d’ailleurs !! Bref, nous arrivons sur la côte et nous décidons d’aller du côté de Las Peñitas. Tout le long de la route, nous trouvons hôtels et restaurants. Certains fermés depuis la crise du pays. Nous trouvons peu de monde car nous ne sommes pas encore en pleine saison. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ici, vous ne trouverez pas de grands parkings puis de grandes plages depuis la route. Nous avons cherché longuement, et surtout, nous pensions encore aux plages du Costa Rica. De grandes plages de sable fin, longés par des cocotiers où nous pouvions nous installer dessous pour passer la journée, à l’ombre. Ici, au Nicaragua, les  plages sont immenses. Mais, il n’y a absolument rien, pas d’ombre. Juste de grandes plages à perte de vue. Mais si nous voulons y passer la journée, c’est  parasol obligatoire, et à 5, c’est franchement pas simple. Oui, je sais, en France c’est pareil, mais nous ne passions pas beaucoup de temps à la plage avec nos filles non plus à cause de ça. Et quand nous avons goûté aux plages du Costa Rica, nous y pensons toujours après. De plus, pour accéder à une plage de Las Peñitas, il faut passer par un hôtel restaurant, ou alors trouver une toute petite allée qui en longe un. Bref, nous finissons par nous trouver une plage, mais au bout d’une demi-heure, il fait tellement chaud, que nous devons nous trouver un restaurant pour nous rafraîchir et nous mettre à l’ombre. Nous nous détendons, profitons du calme et du bruit des vagues, tout ça avant de reprendre la route de la capitale, et du bruit. Nous sommes venus ce jour pour chercher la plage, à l’aveugle. Nous l’avons un peu découverte ce jour là, mais surtout, nous sommes revenus l’explorer plus longuement une autre fois, un peu par hasard…mais comme je dis, il n’y a pas de hasard, il y a une raison pour tout !


Un week-end qui fait du bien


Ce week-end surprise a été magique. Il a permis de combiner découverte citadine du Nicaragua avec la ville de Leoñ, et détente et découverte d’une seconde plage avec Las Peñitas. Il est certain qu’en deux jours, si vous êtes comme nous, si vous aimez prendre votre temps pour découvrir et visiter, vous ne verrez pas grand-chose. Mais ça nous est égal, car nous prenons le temps de vivre, de connaître, de ressentir l´atmosphère des endroits que nous découvrons, et nous aimons tellement ça ! Alors oui, nous ne connaîtrons peut-être pas Leoñ dans ses moindres détails, nous n’avons pas fait le tour des églises et des parcs, nous ne sommes pas allés aux volcans qui l’entourent, mais nous garderons un souvenir parfait de cette ville, tel que nous avons eu envie de la découvrir. Et pour la plage, nous sommes ici pour en profiter, alors croyez moi, nous en avons pas fini avec ça !

Au fait, je vous ai dit que je pouvais déjà rayer ça de ma bucket list spéciale Nicaragua ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *